La Chine crée un système de retranscription audio-dactylographique de la langue des signes

Publié le

L'Institut de Technique des calculs relevant de l'Académie des Sciences de Chine a récemment réussi à fabriquer un système de retranscription audio-dactylographique de la langue des signes. Il permet aux sourds et muets de communiquer entre eux et de se faire comprendre par tous. C'est le sujet de la première partie de notre « Sciences et éducation » d'aujourd'hui.

Journaliste : Bonjour !

La voix du système : Bonjour !

J : Je suis très heureux de vous rencontrer.

S : Moi aussi.

J : Comment occupez-vous votre temps libre ?

S : J'aime me promener, voyager, ou regarder des dessins animés. »

Cela vous paraîtra certainement incroyable ! Mais vous venez d'entendre un dialogue entre notre journaliste et Ma Yan, une sourde-muette, entièrement retranscrit par le tout nouveau système audio-dactylographique de l'Institut de Technique des calculs.

Ce système, composé d'un ordinateur relié à un gant, retranscrit la langue des signes de Ma Yan en langue verbale. Il permet également de reproduire le chinois oral de notre journaliste en langue des signes. Et tout ça, en seulement quelques secondes.

Le docteur Chen Yiqiang a participé aux travaux de recherche de ce système. Il explique que c'est justement ce gant qui paraît anodin qui fait toute la différence. Si un sourd-muet enfile ce gant, les mots exprimés avec sa main seront retranscrits automatiquement en chinois oral. Docteur Chen nous en donne plus de détails : « L'une des caractéristiques principales de ce gant est qu'il épouse parfaitement les formes de la main. Par exemple, il sait précisément à quel angle la main se positionne. Il retranscrit ensuite les degrés de position de la main en signaux numériques, les mémorise dans l'ordinateur et traite les données. Le gant détermine à quel mot correspond tel ou tel signe de la main, le transforme en texte, puis en langage verbal.»

Ce gant est doté de 18 capteurs avancés et d'un détecteur de position de la main. Malgré leur taille minuscule, le degré de précision de ces capteurs est tel que ce système peut reconnaître plus de 5.000 'mots' de la langue des signes. Plusieurs logiciels du genre entrent aujourd'hui sur le marché. Alors comment le logiciel de l'Institut des Techniques de calcul se distingue des concurrents ? M.Chen nous en dit plus. On l'écoute : « Aujourd'hui, sur le marché, il y a plusieurs sortes de logiciels qui peuvent retranscrire facilement les sons verbaux en texte. Avec un micro, notre système de composition de la langue des signes peut reproduire les sons du langage verbal, et le réécrire sous forme de texte. Puis un personnage virtuel en 3D installé dans l'ordinateur traduit aux sourds et muets ce texte en langue des signes. »

Les tests ont révélé que ce nouveau système et son personnage virtuel en 3D est sûr à 95 %. Selon des chiffres officiels, environ 20 millions de Chinois sont actuellement malentendants ou ont des problèmes d'audition en Chine. Ils rencontrent beaucoup de difficultés dans leur vie quotidienne, que ce soit pour déposer de l'argent à la banque ou se faire soigner à l'hôpital. On peut donc imaginer que ce système va changer littéralement la vie des personnes malentendantes et des sourds et muets.

Xiao Li est institutrice à l'école des sourds-muets n°3 de Beijing. Elle a déjà essayé ce nouveau système. D'habitude, elle ne communique avec ces élèves qu'en langue des signes. Et elle s'est déjà beaucoup donné de mal pour cela. Sûrement que si ce système de retranscription avait été mis au point plus tôt, cela lui aurait été plus facile ! Si elle s'en est dit satisfaite lorsqu'elle l'a essayé, elle émet cependant une petite réserve : il y a trop de circuits dans le gant, ce qui le rend inconfortable.

Mme Tong Wei a suivi depuis ses débuts les avancées de cette « machine à traduire ». Elle a toujours voulu en acquérir une pour sa fille qui souffre de problèmes d'audition. Seul obstacle : le coût. Tong Wei : « J'ai entendu dire qu'il fallait compter plusieurs dizaines de milliers de yuans pour acheter le système complet. C'est très cher. On ne peut vraiment pas se l'offrir. »

Les chercheurs de l'Institut de Techniques des calculs relevant de l'Académie des Sciences de Chine sont en train justement de travailler sur ces questions. Wang Lichun, une collaboratrice du docteur Chen reconnaît que le gant, bien que facile d'utilisation, est très cher. L'équipe de chercheurs est donc prête à le remplacer par une caméra spéciale. Mais au stade actuel des travaux, cette caméra n'est pas aussi précise que le gant pour distinguer les nuances de la langue des signes.

Malgré les imperfections persistentes de ce nouveau système de retranscription de la langue des signes en langage verbal, il permet aux sourds et muets de s'ouvrir au reste du monde. A 16 ans, Tian Meng a toujours rencontré beaucoup de problèmes pour se faire comprendre par ceux qui ne sont pas sourds et muets. Aujourd'hui, grâce à ce nouveau produit technologique, elle peut enfin s'exprimer ouvertement et communiquer avec tous.

Tian Meng : « Je m'appelle Tian Meng. J'ai 16 ans. Je n'aurais jamais cru que la science ferait tant de progrès. Je n'aurais jamais pensé qu'un jour on puisse reproduire ma langue en langage verbal et que vous puissiez comprendre ce que je dis, même si vous ne connaissez pas la langue des signes. »

http://fr.chinabroadcast.cn/259/2006/04/07/44@95105.htm

Commenter cet article